No man’s land

Autre situation particulière du Go, où comment faire vivre des pierres entourées d’ennemis, sans aucun oeil ?

Analysez bien le goban qui va suivre, et avant de passer à la suite, essayez de trouver quelle est la situation des groupes de pierres 1 et 2, et à qui peut bien appartenir les points de territoires marqués d’un triangle ? :

La réponse est que les groupes 1 et 2 sont parfaitement vivants,  et que les espaces, D1 et D2, n’appartiennent à personne !

Admettons que ce soit à Blanc de jouer, ce qui parait logique puisqu’il a une pierre de moins sur le goban. Si Blanc désire capturer le groupe de pierres 2, il doit supprimer les libertés de ce groupe en jouant D1 et D2, en commençant par l’un ou par l’autre, essayons D2 :

En faisant ça, le groupe noir se retrouve en atari (une seule liberté), il pourrait donc être capturé au prochain coup. Le problème pour Blanc est que c’est à Noir de jouer, et ce qui risque de se passer :

Noir capture les pierres blanches avant de se faire capturer. On comprend bien que Blanc n’a donc pas intérêt à jouer D2 (ou D1). Mais au Go ce qui l’y a de bien, c’est que l’on n’est pas obligé de jouer, on peut passer.

Dès lors, on peut imaginer la situation où c’est à Noir de jouer en premier :

Normalement, vous devriez le voir venir, si Noir cherche à capturer les pierres blanches, c’est lui qui va se faire avoir :

Pour résumer, le premier qui bouge meurt, alors personne ne bouge

Cette situation arrive lorsque 2 groupes adverses ont leurs dernières libertés en commun (les triangles de la première figure). On appelle cette forme un seki [c'est qui]. Les seki sont peu courants dans les parties de Go, ils sont même rarissimes chez les débutants, qui parfois ignorent jusqu’à leur existence pendant longtemps.

On les considère généralement comme la dernière solution. On y pense moins spontanément car les seki ne rapportent pas de point de territoire. Néanmoins ils restent une forme intéressante, car transformer le territoire de l’adversaire en zone neutre, c’est toujours ça de perdu pour l’adversaire.

 

suite

 

Laisser un commentaire